Cathialine

CATHIALINE

Groupe invité

D’abord interprète pour les projets des autres, Cathialine écrit, compose et produit en 2012, un EP de 3 titres, les « Live Ferber Sessions » enregistré avec une formation de six violoncelles et une contrebasse. 

En 2018, elle sort un 1er album entre folk et néoclassique intitulé « Worship the Weakness », par lequel s’exprime à nouveau son goût pour la musique orchestrale.

Accompagnée d’un septuor à cordes et d’un vibraphoniste/percussionniste, Cathialine interprète pour le Festival ArteMusica, les chansons de ses 2 opus, spécialement réorchestrées, mêlées à des oeuvres de compositeurs classiques. 

www.cathialine.com

SOPHIE PRADEL

Violon

Sophie PRADEL débute ses études au CNR de Toulouse dans la classe de M. TRUCHI et P. DOUKAN.

En 1994 elle entre au CNSM de Paris et sera élève d’Alain MOGLIA et d’Annick ROUSSIN. Elle obtient son premier prix de musique de chambre dans la classe de Christian IVALDI et Alain PLANES ainsi que son diplôme de formation supérieure en 1997. Elle participe à l’Orchestre Français des Jeunes dont elle sera violon solo sous la direction de Marek Janowski. Curieuse des autres formes de créations artistiques elle se produit dans divers musées comme celui d’Art Moderne  à Tokyo et Hakone  avec le cirque baroque.

En 2000 elle obtient son certificat d’aptitude à l’enseignement et sera professeur jusqu’en 2010 au conservatoire Paul DUKAS de Paris. Elle se produit régulièrement en diverses formations de musique de chambre en France et à l’étranger avec des partenaires tels qu’A. Moglia , M. Ledizès, R. Pidoux, M. Moraguès, I. Moretti…

Toujours désireuse de créer des ponts entre les arts, elle fonde le Trio à cordes INGRES avec lequel elle se produit entre autre à la galerie HUS à Paris. Depuis 1997 Sophie Pradel est violoniste à l’Orchestre Philharmonique de Radio France.

Sophie-Pradel

JUAN FERMIN CIRIACO

Violon

Né en 1974 à Pamplona (Espagne), Juan Fermin Ciriaco commence le violon à l’âge de 6 ans. En 1987 il obtient une bourse du Gouvernement Espagnol qui lui permet de continuer ses études en Italie avec Mario Ferraris, Violon Solo de la Scala de Milan. Il poursuit ses études au Conservatoire National Supérieur de Paris où il obtient le Diplôme de Formation Supérieure  dans la classe de Jacques Ghestem et de Cristian Ivaldi. Son goût pour la musique de chambre l’amène à se produire dans différents festivals en France et à l’étranger avec des concertistes tels que Bruno Rigutto, Roland Pidoux, Anne Queffelec…

Depuis 1996 il est Soliste à l’Orchestre Philharmonique de Radio France.

Fermin_Ciriaco
Florent_Brannens

FLORENT BRANNENS

Violon

Florent Brannens est né à Paris. Il obtient un premier prix de Virtuosité au conservatoire de Lausanne dans la classe de Pierre Amoyal ainsi qu’un premier prix de musique de chambre. Violon à l’Orchestre Symphonique du Rhin, il devient en 1995, co-soliste à l’Orchestre de l’Opéra National de Lyon,et depuis 1996, violon à l’Orchestre Philharmonique de Radio France. Il est membre fondateur du Quatuor Renoir, avec lequel il obtient plusieurs prix internationaux, dont le concours international de quatuor à cordes de Londres, et avec lequel il a effectué plusieurs tournées à travers le monde.

JACQUES GANDARD

Violon

Né en 1976, Jacques Gandard approfondit de nombreuses disciplines musicales, pratiques théoriques, dans lesquelles il se distingue par l’obtention de nombreux prix en violon, musique de chambre, analyse (CNR de Boulogne-Billancourt), harmonie, contrepoint et fugue (CNSM de Paris), en orchestration (CNR de Paris). Il étudie la direction de chœur au CNR de Boulogne-Billancourt avec Pierre Calmelet, puis la direction d’orchestre avec Janos Kornives au même conservatoire.

Jacques Gandard partage aujourd’hui ses activités entre son violon, la direction d’orchestre et de chœur, l’arrangement et la composition.

Fondateur de l’orchestre «  La Camerata Alla Francese », il dirige de nombreux solistes et interprète lui même le grand répertoire.

Il fait parti du Quatuor Bedrich depuis 2002.

Il enregistre trois albums avec son groupe jazz-kezmer « Le Freylekh Trio » : « Machine à coudre », « Yiddish & Yallah ! » et « Goulash system ».

Jacques_Gandard

Copyright photo : Jacques Borgetto

Akemi_Fillon

Copyright photo : Jacques Borgetto

AKEMI FILLON

Violon

Après avoir commencé le violon à Orléans, elle continue ses études musicales aux CRR de Boulogne-Billancourt, Versailles puis a poursuivi au Conservatoire National de Musique de Paris (classe de G.Jarry-R.Daugareil) où elle obtint en 2004 son DFS mention Très Bien. En parallèle à ses études, Akémi se forme auprès de grands orchestres français, notamment l’Orchestre de Paris, l’Opéra de Paris, ou encore l’Orchestre Philharmonique de Radio France, orchestres dans lesquelles elle est maintenant sollicitée à venir jouer. Elle joue également dans des projets musicaux très variés: séances de musiques de films, accompagnements en tournées d’Artistes, groupes de Jazz, musique de chambre.

AMANDINE LEY

Violon

Née à Strasbourg en 1981, Amandine Ley  débute le violon au conservatoire de Strasbourg et poursuit ses études à Bordeaux ou elle obtient en 1998 une médaille d’or à l’unanimité en violon et musique de chambre. Elle entre en 2000 au Conservatoire National Supérieur de Paris dans la classe d’Olivier Charlier et obtient en 2004 son 1er prix de violon et en 2005 son prix de musique de chambre avec le Trio Arcadis.

Elle intègre par la suite la classe de Sylvia Marcovici  à l’Université de Graz et obtient brillamment son diplôme de soliste en 2006. Parallèlement,  elle est invitée à jouer en tant que chambriste au sein de son trio dans de nombreux festivals en France ainsi qu’à l’étranger.

Elle travaille régulièrement au sein d’orchestres tels que le Jugend Mahler Orchester sous la baguette de Claudio Abbado, le Südwestrundfunk de Freiburg…

Depuis février 2007, Amandine Ley est membre de l’Orchestre Philharmonique de Radio France.

Martin_Rodriguez_bis

Copyright photo : Jacques Borgetto

MARTIN RODRIGUEZ

Alto

Martin Rodriguez commence le violon à l’âge de 3 ans au conservatoire du 5ème à Paris, puis le piano dès 5 ans. Il passe à l’alto à 12 ans et obtient le Premier Prix d’alto du CNR de Rueil Malmaison à l’unanimité avec Félicitations du jury, dans la classe de Françoise Gnéri. Il obtient également le diplôme de fin d’études en piano et violon au conservatoire de Boulogne. Il se perfectionne ensuite au conservatoire de Paris auprès de Sabine Toutain et Christophe Gaugué ainsi que dans la classe des départements d’orchestre auprès de Laurent Verney.

Depuis 2004, il est invité très régulièrement à travailler à l’Orchestre Philarmonique et à l’Orchestre National de Radio France, l’Opéra National de Paris, l’Orchestre de Paris et l’Orchestre de Chambre de Paris.

MARIE EMELINE CHARPENTIER

Alto

Marie Emeline Charpentier née au Mans en 1978, commence l’alto à l’âge de 7 ans dans la classe d’Alain Jeannot au CNR de Marseille. Elle poursuit ses études à Paris avec Jean-Baptiste Brunier, puis sort diplômée d’un 1er Prix à l’unanimité du CNR de Paris et du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans la classe de Bruno Pasquier pour l’alto et Christian Ivaldi pour la musique de chambre. Membre du Quatuor Andrea durant 4 ans, elle reçoit les conseils du Quatuor Ysaÿe, du Quatuor Amadeus, ainsi que de Walter Levin, Günter Pichler, Valentin Erben… dans le cadre de l’association ProQuartet. Elle continue à jouer en formation de musique de chambre dans de nombreux festivals.

Elle est membre depuis 2006 de l’Orchestre Philharmonique de Radio France avec lequel elle se produit en France et à l’étranger.

Jeremy_pasquier

JÉRÉMY PASQUIER

Alto

Jérémy Pasquier né le 2 Juin 1983, commence le violon à l’âge de 5 ans. A 17 ans, il choisit de s’orienter vers l’alto et poursuit ses études dans la classe de Sabine Toutain au CNSM de Paris. Il en ressort avec un prix mention très bien. Depuis, il a participé à de nombreux festivals, Pablo Casals à Prades, Radio France Montpellier, Clairvaux, Jeunes Talents, les musicales de Bagatelle, ou encore le festival Musiques au cloître à Nîmes. En soliste, il s’est produit dans la symphonie concertante de Mozart, dans le concerto de Bélà Bartòk, sous la direction de Pierre-Michel Durand mais également dans le Lachrymae de Britten à la salle Pleyel, dans le cadre des concerts des Jeunes interprètes. Jérémy Pasquier est membre du Trio à Cordes Jacob, aux côtés de Sarah et Raphaël Jacob, avec lequel il se produit régulièrement. Depuis 2008, il est lauréat de la fondation d’entreprise Banque Populaire, et révélation classique de l’Adami. Jérémy Pasquier est actuellement membre de l orchestre philharmonique de Radio France. Il joue un magnifique alto de Pietro Giovanni Mantegazza, fait à Milan en 1791.

ELISE BORGETTO

Violoncelle

Elise Borgetto commence le violoncelle à l’âge de 7 ans avec Claire Rabier au conservatoire d’Aix en Provence. Une fois ses diplômes obtenus, elle poursuit ses études auprès de Claude Burgos puis Christophe Oudin au CNR de Saint Maur Les Fossés où elle obtient également ses diplômes Mention Très bien. Elle intègre ensuite la classe de Didier Poskin au Conservatoire Royal de Bruxelles ( Licence avec Distinction) puis la classe de Justus Grimm à la Hogeschool Antwerpen ( Master avec Distinction). Elle prolonge son séjour belge et obtient son agrégation de violoncelle avec Grande Distinction. Elle enseigne actuellement le violoncelle à Artistic. Souvent sur la route, elle se produit autant avec des artistes classiques que des artistes de variétés. Directrice artistique de l’association ArteMusica Paris, elle est à l’origine du Festival de Musique de Chambre à l’hôtel de Sauroy.

Elise_Borgetto

Copyright photo : Jacques Borgetto

Stephane_Manent

STÉPHANE MANENT

Violoncelle

Stéphane Manent né le 28 juin 1973 à Gassin (var), commence le violoncelle à 5 ans au Conservatoire Municipal de Draguignan où il obtient un 1er prix en 1988 dans la classe de Mme Borel. L’année suivante il obtient une médaille d’or au Conservatoire National de Région de Rouen dans la classe de Mr Alain Fléau. Il entre ensuite au Conservatoire National Supérieur de Paris dans la classe de Mr jean Marie Gamard d’où il sortira avec un 1er prix après 3 ans d’études.
Il a aussi travaillé dans diverse académies musicales avec entre autres Arto Noras, Christoph Henkel,François Guye et Raphael Perraud. Depuis il joue régulièrement dans les rangs de l’Orchestre Philharmonique de Radio France et de l’Orchestre National de France. Il participe également à de nombreux concerts avec l Orchestre du Capitole de Toulouse et avec celui de l’Opéra de Rouen Haute Normandie.

VINCENT CATULESCU

Violoncelle

Vincent Catulescu débute le violoncelle à l’âge de neuf ans dans la classe de Mr Roger Lowenguth. Il intègre ensuite la classe de Mr Erwan Fauré à la schola Cantorum. Après avoir obtenu l’admissibilité au CNSM de Lyon en 1997 il se perfectionne auprès de Raphaël Pidoux. Grand amoureux de musique de chambre, il fonde en 2001 le quatuor 103 avec lequel il suit les conseils du quatuor Ludwig. Intermittent du spectacle, il se produit avec des orchestres symphoniques, tels que l’orchestre de Tours, l’orchestre Lamoureux, l’Orchestre National de France, l’Ensemble Orchestral de Paris. Il est, parallèlement à sa carrière de musicien, professeur depuis 2009 dans le cadre de DEMOS, (Dispositif d’Éducation Musicale et Orchestrale à vocation Sociale) projet de démocratisation culturelle centré sur la pratique musicale en orchestre. Ce projet à dimension nationale, coordonné par la cité de la Musique, est destiné aux jeunes habitants des quartiers populaires ne disposant pas toujours des ressources économiques, sociales ou culturelles pour découvrir et pratiquer la musique classique dans les institutions existantes.

Vincent_Catulescu

Copyright photo : Jacques Borgetto

Karine

KARINE JEAN-BAPTISTE

Violoncelle

Karine Jean-Baptiste a étudié le violoncelle avec Maurice Gendron et Roland Pidoux au CNSM de Paris. Elle a longtemps joué en quatuor à cordes et évolue aujourd’hui au sein de nombreuses formations de musique de chambre. Elle est la violoncelliste du trio à cordes «Ingres», particulièrement investi dans la relation intime entre musique et peinture. Elle anime des concerts-ateliers pour les enfants, et auprès des malades dans des centres de soins . Elle participe également à des créations théâtrales en compagnie de comédiens, poètes, chanteurs. Elle est membre de l’Orchestre Philharmonique de Radio France depuis 1991 et de l’octuor «Les Phil’Art Cellistes», constitué par les violoncellistes de l’orchestre.

.

ODILE SIMON

Contrebasse

Née à Paris, Odile Simon a étudié le violoncelle avant de se tourner vers la contrebasse, guidée par Stanislas Kuchinski et Vincent Pasquier au CRR de Paris.

En 2006, elle est choisie par Christoph Eschenbach pour participer à l’Académie de l’Orchestre de Paris et devient membre la même année de l’Orchestre des Jeunes de l’Union Européenne sous la direction de Vladimir Ashkenazy.

De 2008 à 2013, Odile Simon est titulaire à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie (Bruxelles).

Depuis 2013, elle a rejoint l’Orchestre de la Garde Républicaine à Paris.

Elle se produit régulièrement au sein de l’orchestre Les Dissonances, l’Orchestre Pelléas ainsi que différents orchestres français et belges.

En musique de chambre, elle participe chaque année depuis 2010 au festival de Kuhmo (Finlande) et collabore avec bonheur avec les quatuors Ardeo, Danel, Enesco, Meta4 et Parisii. Elle a été invitée dans plusieurs projets initiés par des ensembles tels que MP21, Het Collectief ou encore Artie’s pour des concerts et des enregistrements en France, Belgique, Italie et Suisse.

Elle revient cette année pour la deuxième fois au festival Artemusica.

Odile-Simon

BENJAMIN BERLIOZ

Contrebasse

Après ses études au Conservatoire Supérieur de Musique de Paris dans la classe de Jean Marc Rollez où il obtient un premier prix de contrebasse, Benjamin Berlioz devient membre de l’Orchestre de Paris et mène en parallèle une carrière de musique de chambre aux côtés des grands interprètes d’aujourd’hui.

Il débute sa carrière de chambriste en 1997 en tant que membre fondateur du Festival de Pâques de Deauville aux côtés de Renaud Capuçon, Jérôme Pernoo et Jérôme Ducros. Dès lors, il est sollicité par des ensembles prestigieux pour se produire sur les plus grandes scènes internationales : Théâtre du Châtelet, Théâtre des Champs-Elysées, Salle Pleyel, Concertgebouw d’Amsterdam, Wigmore Hall de Londres, Festival Hall d’Osaka, Tokyo Bunka Kaikan, Theatro Amazonas de Manaus (Brésil), Grande Salle du Conservatoire Tchaïkovsky de Moscou,Salle du conservatoire de Genève…

Ainsi il joue régulièrement avec les quatuors Talich, Ysaÿe, Manfred, Sine Nomine, Elysées, Fine Arts Quartet, le Quintette Moraguès, le Trio Wanderer, mais aussi avec des ensembles de la jeune génération tels que les quatuors Ebène, Ardeo, Psophos, Modigliani, ZaÏde. Il se produit également aux côtés de solistes tels que Menahem Pressler,  Natalia Gutman, Gordan Nikolitch, Vladimir Mendelssohn, Raphaël Oleg, Valery Afanassiev, Pierre-Laurent Aimard, Jean-Marc Luisada, Franck Braley, Paul Meyer…

Benjamin Berlioz est professeur au Pôle d’Enseignement Supérieur de Musique à la faculté de Bordeaux III.

photo-benjamin-800x600
Roland_Pidoux

ROLAND PIDOUX

Invité d’honneur

Roland Pidoux fait ses études au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris où il obtient ses diplômes en 1965 et 1966. Sous l’influence de Jean Hubeau et Joseph Calvet, il se passionne pour la musique de chambre, parallèlement à sa carrière de concertiste. En 1968, il fonde avec Jean-Pierre Wallez, l’Ensemble Instrumental de France qui deviendra plus tard l’Ensemble Orchestral de Paris puis rejoint le Quatuor Via Nova pour une période de sept ans avant de retrouver Régis et Bruno Pasquier au sein du Trio Pasquier.

En 1969, il est engagé à l’Orchestre de l’Opéra de Paris, puis à l’Orchestre National de France comme violoncelle solo de 1978 à 1987. Au cours de ces années, son amour de la musique de chambre le conduit à jouer aux côtés d’autres musiciens exceptionnels tels que Pierre Fournier, Mstislav Rostropovitch, Isaac Stern, Jean-Pierre Rampal… Il retrouve son ami de longue date, le pianiste Jean-Claude Pennetier pour constituer un trio en compagnie d’un de ses partenaires favoris, le violoniste Régis Pasquier. Cette formation obtient un vif succès auprès du public en France et à l’Etranger et notamment aux Etats-Unis où ils sont régulièrement engagés.

Roland Pidoux, à l’instar de son maître André Navarra dont il possède maintenant le violoncelle Gagliano, enseigne depuis 1988 au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Il est directeur artistique des Rencontres de Violoncelle de Bélaye (Lot). Il a enregistré de nombreux disques de musique de chambre dont l’intégrale des sonates et variations pour violoncelle et piano de Beethoven en compagnie de Jean- Claude Pennetier et les deux trios de Rachmaninov. Sous l’impulsion de son fils Raphaël, il anime l’octuor de violoncelles «Les Violoncelles Français», composé de brillantes personnalités telles que Emmanuelle Bertrand, Eric-Maria Couturier, Emmanuel Gaugué, Xavier Phillips, Raphaël Pidoux, Nadine Pierre, François Salque. Le premier enregistrement de cet ensemble vient de paraître chez MIRARE sous le titre Méditations.

L.O.V.E A TRIBUTE TO NAT KING COLE

Groupe invité

Flore Benguigui (chant)
Charles Tois (piano/chant)
Pierre-François Maurin (contrebasse)
Didier Vallet (batterie)
Le projet L.O.V.E. est né il y a plus de quatre ans autour de quatre musiciens complices et de leur volonté de faire revivre un répertoire aussi culte qu’hétéroclite : les standards de Nat King Cole. Nat King Cole, qui ne connaît pas ce crooner dont la douceur et le sens du swing ont fait la notoriété, des années 1940 à aujourd’hui ? Flore Benguigui, jeune chanteuse de 22 ans, et ses trois comparses Charles Tois (piano), Pierre-François Maurin (contrebasse) et Didier Vallet (batterie), se sont ainsi emparés ce répertoire tout en restant fidèles à l’acoustique et l’élégance du swing de l’époque. Get your kicks on route 66 !

L.O.V.E c’est aussi (et surtout) un spectacle vivant qui se joue à guichet fermé depuis plus de quatre ans au festival d’Avignon, mêlant le vieux jazz et une histoire d’amour naissante entre un pianiste et une chanteuse.

Liens:

FANPAGE FACEBOOK

SOUNDCLOUD

Nat_King_Cole
Theo_Ceccaldi

THÉO CECCALDI

Groupe invité

En déployant un discours d’une grande subtilité de nuances, cherchant constamment à concilier fougue, lyrisme et sophistication formelle, Théo Ceccaldi figure assurément parmi les grandes révélations de la scène jazz hexagonale contemporaine. Embarqué dès son plus jeune âge dans de très sérieuses études classiques (ponctuées par un Premier Prix de violon, d’écriture et de musique de chambre en 2004), mais de tout temps attiré par la liberté du jazz, il a véritablement trouvé sa voix en 2010 en créant en compagnie de son frère Valentin au violoncelle et de Guillaume Aknine à la guitare, un trio original faisant le lien entre la tradition chambriste occidentale et l’improvisation libre. Lauréat du Tremplin Orléans’Jazz en 2011, le Théo Ceccaldi Trio a depuis confirmé tout le bien qu’on pouvait penser de lui en signant coup sur coup deux disques pour le label Ayler Records, et en remportant le dispositif “Jazz Migration” 2014 de l’AJC.

Membre fondateur du jeune collectif orléanais Tricollectif, le violoniste participe par ailleurs activement à une série de formations parmi lesquelles le groupe Toons de son frère Valentin, le quartet de chambre La Scala et la Loving Suite pour Birdy So du pianiste Roberto Negro (avec Elise Caron).

Plébiscité par ses pairs, Théo Ceccaldi a intégré dernièrement le nouvel ONJ d’Olivier Benoît, le quatuor à cordes de musiques improvisées iXidirigé par Régis Huby et Guillaume Roy, le projet “A la recherche du roi frippé” de Médéric Collignon revisitant la musique de King Crimson, ainsi que l’octet franco-allemand T.E.E. Ensemble du pianiste Hans Lüdemann et le nouveau tentet de Joëlle Léandre  » Can You Hear Me ?  » (aux côtés d’Alexandra Grimal). Il se prête également avec plaisir au jeu des rencontres improvisées, notamment aux côtés de Vincent CourtoisBruno Chevillon ou Elise Dabrowski.

 

Copyright : Stéphane Ollivier

Liens :

SITEWEB

FANPAGE FACEBOOK

VINCENT COURTOIS

Groupe invité

De sa formation classique, Vincent Courtois garde la technique, la précision et la maitrise de l’instrument. Sa curiosité et son éclectisme l’amène tout d’abord à jouer dans diverses formations de musiciens aux univers très différents, des Rita Mitsouko à Christian Escoudé en passant par Michel Petrucciani et Michel Portal. Auprès de Sylvie Courvoisier, Dominique Pifarély, Joëlle Léandre et Joachim Kühn, il renoue avec l’aspect classique de son instrument. Sa participation aux formations de Rabih Abou Kahlil le libère en tant que soliste. Sa rencontre avec Louis Sclavis dont il partage l’approche cinématographique de la musique, révèle en lui un sens aigu de la mélodie.

Fort de ses multiples expériences, Vincent Courtois développe une recherche musicale singulière. La base de son processus créatif est un jeu de correspondances, un juste équilibre de personnalités et d’énergies, un effet de contraste, des idées de son, d’image, d’incertitude et de silence. Créant ainsi une musique où la liberté est paradoxalement gérée dans une rigueur absolue, attentive jusqu’au moindre détail, il donne sa chance au collectif et sa place à chacun, menant son travail de création dans un esprit de confiance et de partage.

Vincent Courtois classical training endowed him with technique, precision, and instrumental control. His curiosity and eclecticism led him to play with brilliant musicians from different backgrounds: Rita Mitsouko, Christian Escoudé, Michel Petrucciani, Michel Portal, to name a few. With Sylvie Courvoisier, Dominique Pifarely, Joëlle Léandre and Joachim Kühn, Courtois returns to his instrument’s classical aspect. His collaboration with Rabih Abou Kahlil frees him as a soloist. His collaboration with Louis Sclavis, with whom he shares a cinematic approach of music, endows him with a fine sense of melody.

Strengthened by his many experiences and influences, Vincent Courtois has developed a unique musical exploration. His creative process builds on musical relationships, the balance of personalities and energies, the impact of contrast, ideas of sound, images, incertitude and silence. Creating a musical form where freedom is paradoxically managed with utmost rigour and attentiveness, he gives collective creation a chance and each collaborator a unique position in a spirit of trust and mutual involvement.

Vincent_Courtois